Sédentarité chez les seniors : mieux comprendre ce qui la favorise pour mieux la prévenir

par | 12 Avr 2022 | VEILLE QVCT | 0 commentaires

« Les analyses et propos présentés dans cet articles n’engagent que son auteur. »

VEILLE : SANTÉ – BIEN-ÊTRE – QUALITÉ DE VIE – ENVIRONNEMENT

DOMAINE : HUMAIN 

MOTS CLÉS : SENIORS – ACTIVITE PHYSIQUE

DATE : 12 avril 2022

AUTEUR(S) : INSERM

LIEN : INSERM

RÉSUMÉ OU EXTRAIT DE L’ARTICLE :

Afin de prévenir l’installation d’une sédentarité délétère chez les seniors, des politiques de santé publique ont été mises en place pour promouvoir l’activité physique, élément essentiel au maintien en bonne santé de l’organisme. Les travaux mettent en évidence la complexité des freins individuels à un mode de vie actif chez les seniors et proposent de mieux la prendre en compte pour redéfinir les politiques de santé publique.

Une équipe de recherche dirigée par Séverine Sabia, chercheuse Inserm au sein du Centre de recherche épidémiologie et statistiques (Inserm/Université Paris Cité) a étudié quels étaient les facteurs influençant l’activité physique et la sédentarité au cours du vieillissement.

En maintenant de nombreuses fonctions essentielles qui préviennent les maladies chroniques et la mortalité, l’activité physique est l’une des clés d’un vieillissement en bonne santé. Si les recommandations actuelles sont de réaliser 21 minutes par jour d’activité physique modérée à intense, et de réduire le temps passé assis (sédentarité), peu de personnes les suivent réellement, en particulier chez les plus âgées. En outre, les messages de santé publique à destination des seniors prennent peu en compte les facteurs individuels – environnementaux et personnels –, susceptibles de limiter l’adoption d’un mode de vie actif.

Les chercheuses et chercheurs ont considéré 3 types d’intensité d’activité physique : la sédentarité (activité de faible intensité énergétique en position assise ou allongée), l’activité physique d’intensité légère (marche lente, par exemple) et l’activité physique d’intensité modérée à forte (natation, vélo…).

Le premier constat de l’équipe de recherche a été que les hommes passent plus de temps en activité sédentaire et en activité modérée à forte que les femmes qui, elles, passent plus de temps que les hommes en activité légère.

En fonction des facteurs qui étaient étudiés, une durée de temps sédentaire plus élevée au cours du vieillissement se traduisait de façon différente sur la durée des autres types d’intensité d’activité physique. Par exemple, par rapport aux personnes vivant en couple, les personnes vivant seules passent en moyenne 11 minutes de plus en activités sédentaires, principalement aux dépends du temps d’activité légère. En revanche, même si une différence de 5 ans d’âge se traduit par une augmentation similaire du temps sédentaire, celle-ci se fait aux dépends du temps d’activité modérée à forte – ce qui correspond à plus de la moitié du temps quotidien recommandé (21 minutes).

Tous les facteurs comportementaux semblent impacter le temps passé dans les différentes intensité d’activité physique. La différence la plus importante se retrouve chez les fumeurs masculins qui passent 37,4 minutes sédentaires de plus par jour, au détriment de 23,3 minutes d’activité légère et de 14,1 minutes d’activité modérée à élevée (soit les 2/3 du temps recommandé pour cette dernière). Or, chez les femmes qui fument, l’augmentation du temps sédentaire se fait plutôt aux dépends de l’activité modérée à élevée.

Parmi les facteurs relatifs à l’état de santé, un mauvais état général, la présence de maladies chroniques ainsi que l’obésité sont associés à une augmentation significative du temps sédentaire.

L’obésité en particulier présente les écarts les plus importants : au même âge, les personnes obèses sont sédentaires 50,7 minutes de plus par jour que les personnes présentant un indice de masse corporel normal, aux dépends de 28,6 minutes d’activité d’intensité légère et de 22,1 minutes d’activité physique modérée à élevée – soit la totalité du temps recommandé pour cette dernière.

De façon générale, chez les femmes, presque tous les facteurs ont un impact sur le temps passé dans les différentes intensités d’activité physique, de façon similaire mais globalement moins contrastée que chez les hommes.

« Nous avons voulu savoir si les barrières à la pratique d’une activité physique chez les seniors étaient déjà présentes plus tôt dans la vie et avons trouvé que c’était le cas. Vivre seul, le surpoids ou l’obésité, les maladies chroniques, un affaiblissement physique ou encore une mauvaise hygiène de vie à des âges moyens de 50 et 60 ans étaient associés à un faible niveau d’activité durant la vieillesse, précise Mathilde Chen, autrice principale de ces travaux. Nous avons également pu constater un regroupement des facteurs de risque comportementaux : les personnes plus sédentaires ont tendance à fumer et à moins manger de fruits et de légumes. Ces travaux reflètent la complexité des déterminants d’un mode de vie actif chez les seniors. »

Séverine Sabia, investigatrice de l’étude, conclut : « Dans la lutte contre les impacts sur la santé d’une forte sédentarité chez les seniors, ces travaux apportent des arguments en faveur de stratégies de prévention ciblées, intégrant toutes les composantes de l’activité physique et des comportements relatifs à un mode de vie sain, et s’adressant le plus tôt possible aux personnes les plus susceptibles d’être peu actives en vieillissant. »

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-nous

Article récent

Un diagnostic santé pour mieux (re)penser nos espaces de travail – Réseau ALLIANCES x Naceol x L’Atelier de Prométhée 

Et si la santé des collaborateurs était mieux prise en compte dans la conception même de nos bâtiments ? Depuis plusieurs années, Stéphane Damas, ingénieur ergonome, aménage des espaces de travail inspirants. Récemment, il a souhaité étoffer son offre en proposant un diagnostic santé aux collaborateurs de ses clients. Une manière de disposer d’indicateurs précis pour être toujours plus fin dans ses aménagements. Rencontre

APPEL A PROJET POLYPUS x FIRALP : NACEOL retenue 🚀💥 !

Au total, sur 56 dossiers déposés, 16 startups ont été sélectionnées pour venir nous pitcher leur projet dans les locaux de LA FABRIK le 25 mars, devant un Jury composé de managers FIRALP et des responsables de Polypus !

Quelles relations entre stress et intelligence émotionnelle ?

Le stress est une composante inévitable de la vie quotidienne, mais sa gestion efficace peut être déterminée en grande partie par notre intelligence émotionnelle. Comprendre le lien entre le stress et l’intelligence émotionnelle peut nous aider à mieux naviguer dans les moments difficiles de notre vie professionnelle et personnelle. Dans cet article, nous explorerons les relations entre le stress et l’intelligence émotionnelle et comment développer cette dernière peut améliorer notre capacité à faire face aux défis de la vie.

La santé pour une démarche RSE et QVT

La santé des employés est devenue une priorité incontournable pour les entreprises engagées dans une démarche de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) et de promotion de la Qualité de Vie au Travail (QVT). En effet, des employés en bonne santé sont non seulement plus productifs, mais également plus engagés et fidèles à leur entreprise. Dans cet article, nous explorerons l’importance de la santé dans le cadre de la RSE et de la QVT, ainsi que les stratégies que les entreprises peuvent adopter pour promouvoir le bien-être de leurs collaborateurs.

La mission de naceol

Le bilan bien-être et performance de l’entreprise.
Une démarche coopérative pour créer une culture d’entreprise saine,
cohérente, authentique et attractive.

Explorer le sens de se sentir utile dans sa vie personnelle

Se sentir utile dans sa vie personnelle est un élément fondamental du bien-être et de l’épanouissement personnel. Mais que signifie réellement cette notion ? Dans cet article, nous plongeons dans l’essence de ce sentiment, explorant ses composantes et ses implications pour une vie équilibrée et satisfaisante.

Les liens entre le sommeil et les neurotransmetteurs : Comprendre l’impact chimique sur notre repos

Le sommeil est un aspect fondamental de notre santé et de notre bien-être général, mais saviez-vous que les neurotransmetteurs jouent un rôle crucial dans la régulation de nos cycles de sommeil et de veille ? Dans cet article, plongeons dans le monde complexe des neurotransmetteurs pour comprendre comment ces substances chimiques influent sur la qualité et la quantité de notre repos nocturne.

Qu’est-ce qu’un neurotransmetteur et son rôle crucial dans le cerveau ?

Dans le domaine fascinant de la neurobiologie, les neurotransmetteurs jouent un rôle essentiel dans la transmission des signaux nerveux à travers le cerveau et le système nerveux. Comprendre leur fonctionnement est crucial pour saisir le fonctionnement complexe de notre cerveau et ses nombreuses facettes. Dans cet article, plongeons-nous dans le monde des neurotransmetteurs pour découvrir leur définition, leur rôle et leur impact sur notre quotidien.

Quelles sont les raisons pour qu’un salarié puisse avoir une bonne image de son entreprise et qu’il s’identifie à elle ?

Dans le monde professionnel d’aujourd’hui, la relation entre les employés et leur entreprise va bien au-delà du simple contrat de travail. Les employés recherchent une connexion plus profonde avec leur employeur, cherchant non seulement un emploi, mais aussi une véritable identité professionnelle. Dans cet article, nous explorerons les principales raisons pour lesquelles un salarié peut développer une bonne image de son entreprise et s’identifier à elle.