Mal dormir, un risque de développer la maladie d’Alzheimer, vraiment ?

par | 12 Avr 2022 | VEILLE QVCT | 0 commentaires

« Les analyses et propos présentés dans cet articles n’engagent que son auteur. »

VEILLE : SANTÉ – QUALITÉ DE VIE 

DOMAINE : HUMAIN – ESPACE

MOTS CLÉS : NEUROSCIENCE – SANTÉ PUBLIQUE – SOMMEIL – MEDITATION

DATE : 12 avril 2022

AUTEUR(S) : INSERM

LIEN : INSERM

RÉSUMÉ OU EXTRAIT DE L’ARTICLE :

La maladie d’Alzheimer est la forme la plus commune de démence, touchant en France à l’heure actuelle près d’un million de personnes. De nombreux travaux de recherche visent à améliorer la prévention et à retarder l’apparition de la maladie. Dans ce contexte, le sommeil est un des facteurs qui suscite beaucoup d’intérêt, des données suggérant que mal dormir pourrait être associé à un risque plus élevé de développer la pathologie.

Texte rédigé avec le soutien de Géraldine Rauchs, chargée de recherche au laboratoire Physiopathology and Imaging of Neurological Disorders (PhIND) – Physiopathologie et imagerie des maladies neurologiques (unité 1237 Inserm/Université Caen Normandie/Établissement français du sang)

La maladie d’Alzheimer est la forme la plus commune de démence, touchant en France à l’heure actuelle près d’un million de personnes. Avec le vieillissement de la population, le nombre de cas devrait encore significativement augmenter dans les années à venir. Hormis des médicaments permettant d’atténuer les symptômes de la pathologie, aucun traitement n’est aujourd’hui disponible. De nombreux travaux de recherche visent donc à améliorer la prévention et à retarder l’apparition de la maladie, en identifiant des facteurs de risque et en proposant des interventions pour réduire leur impact.

Dans ce contexte, le sommeil est un des facteurs qui suscite beaucoup d’intérêt, des données suggérant que mal dormir pourrait être associé à un risque plus élevé de développer la maladie d’Alzheimer. Ce message a d’ailleurs très souvent été repris dans les médias, parfois de manière assez alarmiste. Canal Détox fait le point sur l’état des connaissances.

Accumulation de protéines toxiques

On sait depuis longtemps que les problèmes de sommeil font partie des symptômes fréquemment présentés par les patients atteints de maladie d’Alzheimer, et ce dès les stades précoces de la maladie. Depuis quelques années, un nombre croissant d’études suggère que la relation entre sommeil et maladie d’Alzheimer est en fait « bidirectionnelle ». Ainsi, les lésions typiques de la maladie s’accumulent dans des régions qui contrôlent le sommeil, et vont dégrader la qualité de ce dernier. À l’inverse, les troubles du sommeil vont aussi augmenter le risque de développer la maladie en favorisant l’accumulation de protéines toxiques.

Les troubles du sommeil représenteraient donc un facteur de risque sur lequel il serait possible d’agir. De plus, ces troubles pourraient être un marqueur précoce de la maladie au stade préclinique, avant l’apparition des premiers troubles cognitifs.

Étudier différents aspects du sommeil 

Dans ce contexte, une partie de la recherche s’oriente désormais sur l’identification des mécanismes sous-jacents, qui expliqueraient le lien entre problèmes de sommeil et développement de la maladie.

Mais une autre problématique se pose : il est encore difficile de dire avec certitude quels aspects du sommeil sont vraiment déterminants pour prédire l’évolution de la maladie. La maladie d’Alzheimer est-elle plutôt liée à un manque de sommeil et à des nuits trop courtes, à des difficultés d’endormissement, ou encore à des nuits trop fragmentées ? Selon les scientifiques, il est important d’en apprendre plus à ce sujet, afin de mieux orienter les messages de santé publique et de définir des stratégies de prévention pertinentes.

Parmi les travaux marquants sur le sujet, une étude de 2013 a montré que les personnes qui dormaient en moyenne moins de 6 heures par nuit présentaient des quantités supérieures de protéines β-amyloïde dans le cerveau, suggérant qu’une courte durée de sommeil augmenterait le risque de maladie d’Alzheimer.

Ces résultats ont été confortés par des études épidémiologiques, menées notamment au sein de l’Inserm, montrant que les personnes qui dorment peu (durée de sommeil inférieure ou égale à 6 heures par nuit) à l’âge de 50 ou 60 ans ont un risque plus élevé à long terme de développer une démence. Ces résultats suggèrent donc que la durée du sommeil pourrait être un paramètre important à prendre en compte dans la prévention de la maladie d’Alzheimer.

On peut aussi citer des études se focalisant sur des troubles spécifiques – comme l’apnée du sommeil ou l’insomnie – qui montrent une augmentation du risque de développer des problèmes cognitifs et/ou une vulnérabilité plus importante de certaines régions cérébrales aux lésions typiques de la maladie. Enfin, d’autres travaux ont montré que le fait de ruminer constamment des idées négatives, phénomène qui peut notamment survenir au moment du coucher, avait également un impact délétère sur le cerveau.

Des interventions pour atténuer les risques ?

Toutefois, loin des titres sensationnalistes qui font de la maladie d’Alzheimer une fatalité pour les petits ou les mauvais dormeurs, les scientifiques estiment que des interventions sont possibles afin de moduler les risques liés aux problèmes de sommeil.

Par exemple, différents travaux évaluant l’impact de l’activité physique ou de la réserve cognitive (correspondant à la capacité à résister ou à faire face aux altérations cérébrales causées par le vieillissement ou la pathologie) sur la qualité du sommeil sont en cours.

Des interventions comme la pratique de la méditation pour prévenir la démence sont aussi à l’étude. Une étude pilote menée chez des participants experts, ayant plus de 10 000 heures de pratique de la méditation, a montré que la méditation a un effet positif sur le vieillissement cérébral. Cette pratique permettrait une réduction du stress, de l’anxiété, des émotions négatives et des problèmes de sommeil qui ont tendance à s’accentuer avec l’âge. Ces résultats restent à confirmer et font l’objet d’un projet européen mené à Caen auprès de sujets âgés.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-nous

Article récent

La qualité de vie et des conditions de travail (QVCT)

La QVCT (qualité de vie et des conditions de travail) a pris la place de la QVT depuis l’ANI datant du 9 décembre 2020.
Un nombre croissant d’entreprises reconnaissent l’importance de garder leurs salariés. Elles ont instauré des politiques visant à améliorer le bien-être de leurs collaborateurs sur leur lieu de travail tout en se préoccupant de leurs conditions de travail.

Quelles solutions faut-il adopter contre la grande démission ?

La crise sanitaire du Covid-19 a contraint de nombreux salariés à se remettre en question et à faire l’expérience d’une véritable réflexion. Le grand sentiment d’insécurité et d’incertitude qui prévalait y est pour quelque chose. En gardant cela en tête, nous vous proposons un nombre de stratégies efficaces pour guider votre entreprise à garder vos collaborateurs indispensables afin de rester toujours compétitive face à la concurrence.
À présent, beaucoup de salariés sont en télétravail et d’autres ont été licenciés pour surmonter les difficultés de trésorerie. Pour compliquer la situation, un autre phénomène est apparu : celui de la Grande Démission !

La grande démission indique-t-elle notre besoin de trouver un sens à notre travail ?

Le phénomène de la Grande Démission est né aux États-Unis pendant la crise sanitaire du Covid-19 courant 2021 où plus de cinquante millions d’Américains ont quitté leur emploi.
Cette même tendance a été observée en France avec une augmentation des démissions dans une proportion spectaculaire de 520.000 départs volontaires rien que dans le premier trimestre de 2022.
La DARES a mené une étude sur cette situation et elle donne ses interprétations sur la Grande Démission française. Il faut savoir qu’en France, les démissions ont déjà connu des pics dans le passé : le taux actuel de 2,7 % a déjà été dépassé en 2008 où il a atteint 2,9 % pendant la crise financière.
En conséquence, ce phénomène actuel révélerait en fait une crise majeure sous-jacente. Il est évidemment lié au ralentissement économique relatif au COVID-19 et à la reprise qui s’est amorcée début 2023.
Il y a bien sûr d’autres explications plausibles : les salariés tentent de résoudre la baisse de leur pouvoir d’achat causé par l’inflation en changeant d’employeur pour un emploi mieux rémunéré, cette orientation devrait vraisemblablement se poursuivre encore plusieurs mois.
En revanche, la DARES souligne qu’un grand nombre de salariés démissionnent pour retrouver un emploi plus riche de sens pour eux.
« Il s’agit désormais de faire un excellent travail dans un environnement agréable et sain. La notion de qualité de vie au travail (QVT) est fortement intégrée dans les attentes des salariés vis-à-vis de leur employeur, elles prennent en compte le besoin de reconnaissance par l’entreprise en même temps qu’une meilleure gestion de la vie professionnelle et privée. »

La grande démission est-elle arrivée en France ?

En observant les dernières statistiques, nous constatons que le taux de démission est en hausse sans pour autant apparaitre exceptionnel. Cependant, le taux de démission observé depuis 2008 serait-il impacté si nous prenions en compte le nombre de ruptures conventionnelles ?
Le taux de départ volontaire le plus haut se situait au début du trimestre 2008 avec un total de 510.000 démissions, dont 400.000 pour des contrats à durée indéterminée.
La question d’une grande démission à la française fait débat actuellement dans l’hexagone en référence à la situation du marché du travail américain de 2021 où la première vague de la crise sanitaire a donné lieu à une avalanche de départs volontaires pour un bon nombre de salariés américains. La raison ? La recherche d’un nouvel emploi mieux rémunéré ou différent, ou encore tout simplement quitter le marché du travail pour d’autres motifs.

Evaluation de l’immunité dans un bilan santé RAICE

Si on se réfère à l’Encyclopédie Universelle, le terme « immunologie » vient d’« Immunis » qui désignait l’exemption de charges, d’impôts chez les Romains.
Les bactériologistes du XIX siècle ont ainsi caractérisé la protection (biologique) contre les infections comme réaction immunitaire.
Les progrès des pionniers français de l’immunologie à la fin du XIX siècle ont permis de mieux caractériser les phénomènes d’anaphylaxie c’est-à-dire de réaction d’un organisme à une substance étrangère.
En a découlé la notion de Soi, du Vivant, et les mécanismes de défense du Soi.

Physiologie des troubles musculo-squelettiques (TMS) – Partie 2/2

Dans notre article précédent, nous avons vu que les TMS dans le monde du travail, proviennent notamment de mauvaises postures au cours d’un effort physique important ou d’une posture prolongée, de gestes répétitifs, d’un équilibre instable.
Ces maux étant d’origines multifactorielles, un seul élément de solution ne sera donc pas suffisant, il faut multiplier les actions.

Le sommeil colonne vertébrale de votre existence

Le sommeil est une fraction temporelle importante de l’existence ,7h à 8h par jour environ qui jusqu’à récemment a été négligé par les professionnels de Santé et les dormeurs eux-mêmes. Il fait partie des fonctions vitales de l’organisme comme la respiration, la digestion ou l’immunité. Bien dormir semblait « naturel » et le désagrément lié aux insomnies était considéré comme banal. Le mauvais dormeur sollicitait son médecin pour l’obtention de la pilule magique, narcoleptique qui lui effaçait l’insomnie répétée lui empoisonnant l’existence.

Bilan Santé RAICE : Passer d’un état de patient à un état d’acteur de sa vie

Passer d’un état de patient à un état d’acteur de sa vie, c’est parfois se faire aider par un passeur. Toute personne peut bénéficier de l’entretien RAICE. Il en est ainsi des personnes souffrantes, leur permettant d’exprimer leur plainte, ou un problème à résoudre. C’est un moment privilégié, un moment pour eux ! et que pour eux !

Il peut s’agir d’un patient en voie de convalescence qui a besoin d’un RELAI, après avoir été soigné, par de multiples intervenants soignants, d’une maladie toujours invalidante à quelque degré que ce soit. Cette maladie qui se chronicisant à un impact sur son corps, son esprit, ses équilibres, ses relations à l’autre et des conséquences sociales individuelles et collectives : Directement envers sa famille, et ses proches, dans son milieu de travail où absentéisme et démotivation le relégueront encore plus hors du monde.