Mal dormir, un risque de développer la maladie d’Alzheimer, vraiment ?

par | 12 Avr 2022 | VEILLE QVCT | 0 commentaires

« Les analyses et propos présentés dans cet articles n’engagent que son auteur. »

VEILLE : SANTÉ – QUALITÉ DE VIE 

DOMAINE : HUMAIN – ESPACE

MOTS CLÉS : NEUROSCIENCE – SANTÉ PUBLIQUE – SOMMEIL – MEDITATION

DATE : 12 avril 2022

AUTEUR(S) : INSERM

LIEN : INSERM

RÉSUMÉ OU EXTRAIT DE L’ARTICLE :

La maladie d’Alzheimer est la forme la plus commune de démence, touchant en France à l’heure actuelle près d’un million de personnes. De nombreux travaux de recherche visent à améliorer la prévention et à retarder l’apparition de la maladie. Dans ce contexte, le sommeil est un des facteurs qui suscite beaucoup d’intérêt, des données suggérant que mal dormir pourrait être associé à un risque plus élevé de développer la pathologie.

Texte rédigé avec le soutien de Géraldine Rauchs, chargée de recherche au laboratoire Physiopathology and Imaging of Neurological Disorders (PhIND) – Physiopathologie et imagerie des maladies neurologiques (unité 1237 Inserm/Université Caen Normandie/Établissement français du sang)

La maladie d’Alzheimer est la forme la plus commune de démence, touchant en France à l’heure actuelle près d’un million de personnes. Avec le vieillissement de la population, le nombre de cas devrait encore significativement augmenter dans les années à venir. Hormis des médicaments permettant d’atténuer les symptômes de la pathologie, aucun traitement n’est aujourd’hui disponible. De nombreux travaux de recherche visent donc à améliorer la prévention et à retarder l’apparition de la maladie, en identifiant des facteurs de risque et en proposant des interventions pour réduire leur impact.

Dans ce contexte, le sommeil est un des facteurs qui suscite beaucoup d’intérêt, des données suggérant que mal dormir pourrait être associé à un risque plus élevé de développer la maladie d’Alzheimer. Ce message a d’ailleurs très souvent été repris dans les médias, parfois de manière assez alarmiste. Canal Détox fait le point sur l’état des connaissances.

Accumulation de protéines toxiques

On sait depuis longtemps que les problèmes de sommeil font partie des symptômes fréquemment présentés par les patients atteints de maladie d’Alzheimer, et ce dès les stades précoces de la maladie. Depuis quelques années, un nombre croissant d’études suggère que la relation entre sommeil et maladie d’Alzheimer est en fait « bidirectionnelle ». Ainsi, les lésions typiques de la maladie s’accumulent dans des régions qui contrôlent le sommeil, et vont dégrader la qualité de ce dernier. À l’inverse, les troubles du sommeil vont aussi augmenter le risque de développer la maladie en favorisant l’accumulation de protéines toxiques.

Les troubles du sommeil représenteraient donc un facteur de risque sur lequel il serait possible d’agir. De plus, ces troubles pourraient être un marqueur précoce de la maladie au stade préclinique, avant l’apparition des premiers troubles cognitifs.

Étudier différents aspects du sommeil 

Dans ce contexte, une partie de la recherche s’oriente désormais sur l’identification des mécanismes sous-jacents, qui expliqueraient le lien entre problèmes de sommeil et développement de la maladie.

Mais une autre problématique se pose : il est encore difficile de dire avec certitude quels aspects du sommeil sont vraiment déterminants pour prédire l’évolution de la maladie. La maladie d’Alzheimer est-elle plutôt liée à un manque de sommeil et à des nuits trop courtes, à des difficultés d’endormissement, ou encore à des nuits trop fragmentées ? Selon les scientifiques, il est important d’en apprendre plus à ce sujet, afin de mieux orienter les messages de santé publique et de définir des stratégies de prévention pertinentes.

Parmi les travaux marquants sur le sujet, une étude de 2013 a montré que les personnes qui dormaient en moyenne moins de 6 heures par nuit présentaient des quantités supérieures de protéines β-amyloïde dans le cerveau, suggérant qu’une courte durée de sommeil augmenterait le risque de maladie d’Alzheimer.

Ces résultats ont été confortés par des études épidémiologiques, menées notamment au sein de l’Inserm, montrant que les personnes qui dorment peu (durée de sommeil inférieure ou égale à 6 heures par nuit) à l’âge de 50 ou 60 ans ont un risque plus élevé à long terme de développer une démence. Ces résultats suggèrent donc que la durée du sommeil pourrait être un paramètre important à prendre en compte dans la prévention de la maladie d’Alzheimer.

On peut aussi citer des études se focalisant sur des troubles spécifiques – comme l’apnée du sommeil ou l’insomnie – qui montrent une augmentation du risque de développer des problèmes cognitifs et/ou une vulnérabilité plus importante de certaines régions cérébrales aux lésions typiques de la maladie. Enfin, d’autres travaux ont montré que le fait de ruminer constamment des idées négatives, phénomène qui peut notamment survenir au moment du coucher, avait également un impact délétère sur le cerveau.

Des interventions pour atténuer les risques ?

Toutefois, loin des titres sensationnalistes qui font de la maladie d’Alzheimer une fatalité pour les petits ou les mauvais dormeurs, les scientifiques estiment que des interventions sont possibles afin de moduler les risques liés aux problèmes de sommeil.

Par exemple, différents travaux évaluant l’impact de l’activité physique ou de la réserve cognitive (correspondant à la capacité à résister ou à faire face aux altérations cérébrales causées par le vieillissement ou la pathologie) sur la qualité du sommeil sont en cours.

Des interventions comme la pratique de la méditation pour prévenir la démence sont aussi à l’étude. Une étude pilote menée chez des participants experts, ayant plus de 10 000 heures de pratique de la méditation, a montré que la méditation a un effet positif sur le vieillissement cérébral. Cette pratique permettrait une réduction du stress, de l’anxiété, des émotions négatives et des problèmes de sommeil qui ont tendance à s’accentuer avec l’âge. Ces résultats restent à confirmer et font l’objet d’un projet européen mené à Caen auprès de sujets âgés.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivez-nous

Article récent

Formation TMS

Cette partie spécifique de la formation est celle qui permet une prise en compte beaucoup plus large des origines des Troubles Musculo-Squeletiques.
Cette formation TMS élaborée par Nacéol s’appuie sur les résultats du protocole RAICE construit sur plus de 10 ans d’études et d’analyses des données régulièrement collectées en entreprise.
Les résultats ont mis en évidence l’ensemble des facteurs qui concourent aux désordres musculosquelettiques ainsi que le poids de leur contribution.
La proposition dans cette formation est de travailler sur l’ensemble de ces facteurs ce qui va rapidement améliorer à la fois les dysfonctionnements liés aux TMS mais aussi la santé individuelle.

Schéma corporel et proprioception

Depuis toujours, l’Homme n’a sans cesse évolué en fonction de son interaction avec son environnement, dépourvu de crocs, de griffes, d’ailes ou de fourrure, il n’a pu compter que sur son cerveau et de sa plasticité afin d’optimiser chacune de ses décisions et de ses actions.
Sa survie en temps qu’espèce ne dépend que de sa capacité d’adaptation face au monde extérieur, et sa connaissance de soi-même et de ses propres capacités corporelles, physiques et mentales.
Comprendre comment intervient la proprioception dans l’élaboration du schéma corporel permet de comprendre l’importance de son rôle dans le contrôle et la coordination de nos mouvements.

Entreprise et prévention santé

L’employeur est face à un nouveau défi réglementaire. Depuis peu le code du travail incombe à l’employeur de s’assurer de la santé globale physique et mentale de ses salariés. Autrement dit, le chef d’établissement a, à sa charge, cette responsabilité de conjuguer, d’articuler santé et santé au travail.

Ce qui sous-tend 2 axes de prévention :
Prendre le salarié en tant qu’individu : c’est prendre en compte le cadre professionnel et sphère privée du salarié
Faire de ses espaces de travail un lieu commun d’éducation et de formation à la santé.

Posture et mobilier ergonomique au poste de travail : Les contraintes biomécaniques

Aujourd’hui nos modes de vies et de transports de plus en plus sédentaires associés au manque d’activité physique et sportive en dehors mais aussi au sein du lieu de travail, tendent à favoriser les contraintes biomécaniques sur le corps. Cela a pour conséquence l’apparition de troubles musculosquelettiques par manque de mobilité, renforcement musculaire et de capacité d’adaptation physiologique.
Le manque de dynamisme corporel associé à une mauvaise posture prolongée due à un aménagement du poste de travail peu ergonomique se généralise, notamment avec la démocratisation du télétravail.
Debout comme assis, le corps humain subit l’action de la gravité. Cette force génère des contraintes biomécaniques ostéoarticulaires et musculaires. Comme ces contraintes varient en fonction de la posture adoptée, de sa prise de conscience (ancrage psychocorporel et psychomoteur) et de sa durée par l’individu, le poste de travail joue un rôle dans le maintien de ces troubles.

RAICE le diagnostic QVCT et les déterminants de la santé

RAICE Le Diagnostic QVCT répertorie 8 déterminants clés de la santé qui influent de la Qualité de Vie et des Conditions de Travail.

Les compétences psychosociales : life skills et soft skills

Les entreprises, les managers cherchent de nouvelles pistes. Certaines compétences humaines ou savoir être semblent a priori une réponse productrice de solutions. Ces compétences sont appelées les Compétences Psycho Sociales : Des compétences de vie « life skills » et des compétences comportementales « soft skills ».

Activité physique : Prévention et traitement des maladies chroniques

La prévention des maladies chroniques passe par une prise en charge globale incluant l’activité physique comme élément essentiel.

LE DIAGNOSTIC SANTÉ RAICE : Notions pluridisciplinaire interdisciplinaire transdisciplinaire

Il est un atelier expérientiel construit sur une approche positive et intégrative. il offre la possibilité de mieux appréhender les interconnexions entre les 8 déterminants de la QVCT et de mieux comprendre les corrélations entre : le rapport à soi, le rapport aux autres, le rapport au monde. La finalité étant de préserver le maintien des équilibres par l’Intelligence Adaptative.

Questionner l’application universelle des tests neurocognitifs

Il est question dans cet article de quantifier l’influence de la nationalité des participants sur l’évaluation de la cognition sociale.

Le résultat de cette étude démontre qu’il existe, pour un même test cognitif, une représentation mentale différente des questions qui entrainent une forte variation des réponses (20%) selon la nationalité, la culture, la langue et les normes sociales des sujets interrogés.

Ce pourquoi, chez Naceol, le diagnostic RAICE fait l’objet d’une démarche d’amélioration continue grâce à des validations externes et itératives par des spécialistes de la métrologie. Il est étudié sur les populations renseignées, à partir des bases de données collectives par des méthodes exploratoires multidimensionnelles de type analyses factorielles. Les analyses factorielles et les analyses par composantes principales ainsi que d’autres méthodes exploratoires multidimensionnelles permettent de faire la synthèse de l’information contenues. Elles recherchent les corrélations entre les items des réponses au questionnaire en faisant ressortir les axes principaux des piliers de Santé et de Bien-être d’une population particulière.

RAICE : Qualité de vie et conditions de travail 

L’Organisation Mondiale de la Santé définit la qualité de vie comme la « perception qu’a un individu de sa place dans l’existence, dans le contexte de la culture et du système de valeurs dans lesquelles il vit, en relation avec ses objectifs, ses attentes, ses normes et ses inquiétudes ». Cette définition englobe à la fois : l’état somatique, l’autonomie physique, l’état psychologique, le fonctionnement psychologique, le bien-être, les interactions sociales, les activités professionnelles et les ressources économiques.

De plus, l’Accord National Interprofessionnel (ANI) de 2013, définit la QVCT comme outil qui concilie amélioration des conditions de travail et performances de l’entreprise.