Gestion de l’eau : devons-nous être les plombiers de l’environnement ?

par | 6 Avr 2022 | VEILLE QVCT | 0 commentaires

« Les analyses et propos présentés dans cet articles n’engagent que son auteur. »

VEILLE : SANTÉ – BIEN COMMMUN – CIVILISATION

DOMAINE : HUMAIN – VIVANT – TERRE – SOCIÉTÉ

MOTS CLÉS : EAU – CLIMAT – POLLUTION – RESSOURCE – ENERGIE – STOCKAGE

DATE : 22 mars 2022

AUTEUR(S) : CNRS

LIEN : CNRS

RÉSUMÉ OU EXTRAIT DE L’ARTICLE :

Article de Florence Habets – DR CNRS, Professeure attachée à l’Ecole Nationale Supérieure chez Laboratoire de Géologie de l’ENS

Inondations, sécheresses… Alors que le cycle de l’eau se dérègle et que la pollution aquatique s’amplifie, l’humanité cherche à s’adapter. Mais un stockage toujours plus important et le contrôle des débits des cours d’eau peuvent-ils vraiment constituer de bonnes solutions ? À l’occasion de la journée mondiale de l’eau, l’hydro climatologue Florence Habets nous livre son point de vue.

Environnement

Si l’eau est la vie, ce n’est pas seulement parce qu’elle lui est essentielle. L’eau est aussi un milieu de vie dont un grand nombre d’habitants (poissons, amphibiens, crustacés, etc.) font malheureusement partie des espèces menacées. C’est également un élément régulateur du climat, aussi bien dans le temps que dans l’espace, grâce à son rôle dans les processus d’évapotranspiration ou de condensation, et grâce à la facilité dont les courants atmosphériques la transportent. C’est encore un puissant agent chimique, capable de diluer et distribuer des flux géochimiques, tout comme le sang apporte les nutriments à nos cellules. C’est enfin un mode de transport, utilisé par les humains depuis l’Antiquité, une source d’énergie, via la production d’hydroélectricité, et un divertissement pour tous ceux qui aiment s’y baigner ou se promener à ses côtés.

Cycle de l’eau et dérèglement climatique 

Si nous utilisons principalement de l’eau douce, facilement accessible – et de préférence pas trop polluée –, cette ressource correspond à une minuscule fraction sur terre (<0,1 %). En effet, la plupart de l’eau existante est soit salée, soit immobilisée dans des glaciers ou dans des nappes souterraines très profondes. De fait, on peut considérer que la ressource disponible en eau correspond à la part des précipitations qui tombe sur les continents et ne s’évapore pas, soit seulement un tiers des précipitations en France !

Mais ce cycle d’évapotranspiration/transport/précipitation est fortement perturbé par le dérèglement climatique, dont les impacts les plus marquants sont également associés au cycle de l’eau : pluies diluviennes (e.g. les bombes de pluie qui ont touché l’Australie récemment1), inondations, sécheresses de plus en plus longues et intenses. Ces manifestations opposées ont en fait une même origine physique : l’Homme, en consumant de l’énergie fossile, a augmenté les concentrations de gaz à effet de serre de l’atmosphère accroissant l’énergie de la planète et donc sa température.

Or, il y a un lien entre température et humidité de l’air : un air plus chaud d’un degré peut porter 7 % de vapeur d’eau en plus. De ce fait, avec l’augmentation des températures, le volume d’eau qui peut tomber lors d’une pluie intense est plus important. Mais, sur les continents, qui sont plus chauds et moins couverts d’eau que les océans, cet équilibre entre humidité et température peut être difficile à atteindre. Il y a alors une demande évaporative plus forte, comme si l’atmosphère aspirait plus d’eau du sol et des lacs, les asséchant ainsi plus rapidement, et induisant de plus longues périodes sans pluie, génératrices de sécheresses. Les précipitations plus intenses augmentent le risque d’inondations pluviales, qui ne concernent désormais plus seulement les personnes vivant à proximité des rivières, mais tout le monde. Comme nous l’ont montré les événements dramatiques de juillet 2021 en Allemagne, ces inondations sont accompagnées par une forte érosion, avec pour corollaire une perte de la zone la plus fertile des sols et des risques de pollution accrus.

L’eau potable à l’épreuve de la pollution 

La pollution est un autre péril majeur : les polluants s’accumulent dans les sols et sous-sols et se retrouvent dans l’eau, dans l’air, et vice versa. Ainsi, en 40 ans en France, 25 % des captages d’eau potable ont été fermés essentiellement pour des raisons de pollution par les nitrates et pesticides. Au fil des décennies, tous ces produits s’accumulent, aggravant le problème. Le grand nombre de molécules disséminées dans l’eau rend le contrôle de sa qualité difficile : ainsi, alors qu’on retrouve plus de 650 pesticides dans l’eau, seuls 15 sont utilisés pour caractériser la pollution par les pesticides dans la directive-cadre européenne sur l’eau. Pourtant, on sait à présent qu’ils sont une des principales causes de disparition de la biodiversité et qu’ils impactent la santé humaine (voir l’exemple emblématique du chlordécone aux Antilles).

En plus d’avoir un impact sur la qualité de l’eau, l’Homme en a un très fort sur sa quantité : il stocke l’équivalent de 20 % du volume d’eau présent naturellement dans les sols, et détourne, au moins temporairement, l’équivalent de 50 % du débit des rivières pour ses différents usages. Une partie de l’eau prélevée (environ 10 % en France, mais 50 % à l’échelle mondiale) correspond à une consommation : c’est-à-dire que l’eau ne retourne pas dans le milieu. Il s’agit là essentiellement de l’eau d’irrigation, des refroidissements d’usine par des tours aéroréfrigérantes. Mais le développement des activités humaines depuis le milieu du XXe siècle s’est fait en oubliant quelques fondamentaux… dont l’existence de variabilités multi-décennales du climat, qui impactent fortement la ressource en eau (en moyenne de +/- 20 % sur la France) ! Ainsi des aménagements réalisés en période humide, comme par exemple une partie de l’irrigation en France réalisée dans les années 1980, peuvent être moins efficaces en période sèche.

Le stockage de l’eau, un cercle vicieux

Les activités humaines s‘avèrent ainsi aujourd’hui une cause majeure des sécheresses hydrologiques. Le cas emblématique de la mer d’Aral nous démontre qu’une perturbation (ici le détournement des deux fleuves qui l’alimentaient) peut faire basculer des hydrosystèmes entiers vers l’aridité. Cependant, du fait de la complexité des interactions entre l’eau, les sols, la végétation et l’atmosphère, on ne sait pas forcément identifier à l’avance le point de bascule, et être sûr qu’on ne l’a pas dépassé. Si une perte d’eau de 15 % pour un humain conduit à la mort, quel est le seuil pour l’environnement.

En termes d’adaptation, la voie malheureusement la plus suivie pour lutter contre le manque d’eau est de chercher à stocker toujours plus d’eau, privatisant en quelque sorte ce bien commun. On se situe là dans un cercle vicieux bien connu des scientifiques : le stockage de l’eau conduit à multiplier son usage et notre dépendance à l’eau, ce qui amplifie les impacts lors des pénuries, et incite à la création de nouveaux stockages… On arrive aujourd’hui à vouloir contrôler les débits minimaux et maximaux pour maintenir les usages, traitant les rivières comme des tuyaux, branchant et débranchant des connexions et des bassines, tel un super Mario Bross, plombier de l’environnement !

Le risque de mal adaptation est de ce fait important. Si les scientifiques prônent des « mesures sans regret » (des mesures rentables et utiles en soi, ou quelle que soit l’amplitude du réchauffement) et des solutions fondées sur la nature, c’est qu’ils savent que l’on doit apprendre de la nature qui a une capacité d’adaptation, même si c’est sur des temps longs. Les efforts les plus payants à long terme sont une transformation systémique de nos activités, aboutissant ainsi à la réduction des impacts négatifs sur les milieux, en particulier la pollution et la destruction du vivant.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-nous

Article récent

Quels liens entre TMS et environnement de travail ?

Les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) sont des affections qui touchent les muscles, les tendons, les ligaments, les articulations et les nerfs du corps. Ces troubles sont souvent associés à des facteurs liés à l’environnement de travail. Voici quelques-unes des façons dont l’environnement de travail peut influencer le développement des TMS :

La prévention de votre santé mentale 

La prévention de la santé mentale est un aspect essentiel de la santé globale d’une personne. Elle vise à promouvoir le bien-être mental, à réduire les facteurs de risque de troubles mentaux et à renforcer les ressources personnelles pour faire face aux défis mentaux.

L’impact de la sérénité financière sur la santé

La sérénité financière et la santé humaine sont étroitement liées et s’influencent mutuellement. Il est important de prendre des mesures pour maintenir un équilibre entre les deux en gérant ses finances de manière responsable, en adoptant un mode de vie sain. Un équilibre réussi entre la sérénité financière et la santé humaine peut conduire à une vie plus équilibrée et satisfaisante.

La santé et la performance en entreprise

Nous observons que la corrélation entre la santé et la performance en entreprise est un sujet d’intérêt croissant pour les chercheurs, les entreprises et les professionnels des ressources humaines. Plusieurs études ont examiné cette relation complexe et ont identifié des liens significatifs entre la santé des employés et leur performance au travail.

La gestion du stress au travail

La gestion du stress au travail est un processus continu. Il est important de reconnaître que tout le monde est différent. Ce qui fonctionne pour une personne peut ne pas convenir à une autre. Trouvez les stratégies qui vous conviennent le mieux et maintenez une attitude positive envers la gestion du stress pour améliorer votre bien-être au travail. Les employeurs peuvent également jouer un rôle en mettant en place des politiques et des programmes de bien-être pour soutenir leurs employés dans la gestion du stress.

ISOLEMENT : Stress et risques psychosociaux atteignent également la santé osseuse

L’isolement et les distanciations sociales, majorés après le contexte de pandémie, favorisant les risques psychosociaux entraineraient également une atteinte sur la santé et la qualité osseuse des individus.

Ce rapport, démontré par une équipe d’experts présenté lors de la réunion annuelle de l’Endocrine Society de Chicago de 2023, sous la tutelle du Dr Rebecca Mountain, du MaineHealth Institute for Research à Scarborough (Maine), avance que « l’isolement social est une forme puissante de stress psychosocial et constitue un problème de santé publique croissant. En plus des effets sur la santé, la santé mentale ou encore l’apparition de maladies chroniques qui sont connus, l’association avec la perte osseuse n’a jamais été présenté ou très rarement ».

CERVEAU ET SYSTEME DIGESTIF : Lien entre stress et maladies intestinales

Dans cette étude, les chercheurs de la Penn Medecine mettent en avant le lien entre les MICI (Maladie Inflammatoire Chronique de l’Intestin) et le stress psychologique.
Les résultats publiés dans la revue scientifique Cell détaillent une nouvelle approche de l’axe Intestin-Cerveau en montrant comment des cellules du SNC (Système Nerveux Central) transfèrent des réponses face au stress au système digestif de manière générale.
 
Pour information, les MICI font échos à 2 grandes affections, la RCH (Rectocolite Hémorragique) et la maladie de Crohn, qui sont caractérisées par une inflammation du système digestif entrainant d’autres symptômes de cette sphère plus ou moins permanents.
Actuellement les traitements consistent en un changement de régime alimentaire, des stéroïdes, des anti-inflammatoires et/ou des immunosuppresseurs.

Santé Publique – SUCRE : il faut réduire la consommation !

L’OMS suggère de réduire la consommation de sucre à moins de 10% des apports énergétiques quotidiens : en respectant ces recommandations la consommation de sucre peut faire partie d’un régime varié et équilibré sans engendrer d’effets délétères sur l’organisme dans la durée.
La limitation des boissons sucrées à une seule consommation hebdomadaire est un bon moyen d’y parvenir car l’OMS estime que les boissons sucrées représentent jusqu’à 50 % des apports chez les consommateurs excessifs.

RÉSILIENCE MENTALE : Le niveau d’éducation joue un rôle déterminant

Un meilleur niveau d’éducation, associée à une exposition plus légère au stress, receuilli par auto évaluation lors d’un questionnaire, apparaissent comme les 2 facteurs clés de la résilience mentale. Également, une bonne santé et du soutien social contribuent à cette résilience, surtout à des âges plus avancés.
C’est dans le « Journals of Gerontology Series B » que l’équipe de l’Ohio State University présente une association supplémentaire : traverser un nombre élevé d’expériences difficiles dans la vie est associé à une résilience très élevée.