Gestion de l’eau : devons-nous être les plombiers de l’environnement ?

par | 6 Avr 2022 | VEILLE QVCT | 0 commentaires

« Les analyses et propos présentés dans cet articles n’engagent que son auteur. »

VEILLE : SANTÉ – BIEN COMMMUN – CIVILISATION

DOMAINE : HUMAIN – VIVANT – TERRE – SOCIÉTÉ

MOTS CLÉS : EAU – CLIMAT – POLLUTION – RESSOURCE – ENERGIE – STOCKAGE

DATE : 22 mars 2022

AUTEUR(S) : CNRS

LIEN : CNRS

RÉSUMÉ OU EXTRAIT DE L’ARTICLE :

Article de Florence Habets – DR CNRS, Professeure attachée à l’Ecole Nationale Supérieure chez Laboratoire de Géologie de l’ENS

Inondations, sécheresses… Alors que le cycle de l’eau se dérègle et que la pollution aquatique s’amplifie, l’humanité cherche à s’adapter. Mais un stockage toujours plus important et le contrôle des débits des cours d’eau peuvent-ils vraiment constituer de bonnes solutions ? À l’occasion de la journée mondiale de l’eau, l’hydro climatologue Florence Habets nous livre son point de vue.

Environnement

Si l’eau est la vie, ce n’est pas seulement parce qu’elle lui est essentielle. L’eau est aussi un milieu de vie dont un grand nombre d’habitants (poissons, amphibiens, crustacés, etc.) font malheureusement partie des espèces menacées. C’est également un élément régulateur du climat, aussi bien dans le temps que dans l’espace, grâce à son rôle dans les processus d’évapotranspiration ou de condensation, et grâce à la facilité dont les courants atmosphériques la transportent. C’est encore un puissant agent chimique, capable de diluer et distribuer des flux géochimiques, tout comme le sang apporte les nutriments à nos cellules. C’est enfin un mode de transport, utilisé par les humains depuis l’Antiquité, une source d’énergie, via la production d’hydroélectricité, et un divertissement pour tous ceux qui aiment s’y baigner ou se promener à ses côtés.

Cycle de l’eau et dérèglement climatique 

Si nous utilisons principalement de l’eau douce, facilement accessible – et de préférence pas trop polluée –, cette ressource correspond à une minuscule fraction sur terre (<0,1 %). En effet, la plupart de l’eau existante est soit salée, soit immobilisée dans des glaciers ou dans des nappes souterraines très profondes. De fait, on peut considérer que la ressource disponible en eau correspond à la part des précipitations qui tombe sur les continents et ne s’évapore pas, soit seulement un tiers des précipitations en France !

Mais ce cycle d’évapotranspiration/transport/précipitation est fortement perturbé par le dérèglement climatique, dont les impacts les plus marquants sont également associés au cycle de l’eau : pluies diluviennes (e.g. les bombes de pluie qui ont touché l’Australie récemment1), inondations, sécheresses de plus en plus longues et intenses. Ces manifestations opposées ont en fait une même origine physique : l’Homme, en consumant de l’énergie fossile, a augmenté les concentrations de gaz à effet de serre de l’atmosphère accroissant l’énergie de la planète et donc sa température.

Or, il y a un lien entre température et humidité de l’air : un air plus chaud d’un degré peut porter 7 % de vapeur d’eau en plus. De ce fait, avec l’augmentation des températures, le volume d’eau qui peut tomber lors d’une pluie intense est plus important. Mais, sur les continents, qui sont plus chauds et moins couverts d’eau que les océans, cet équilibre entre humidité et température peut être difficile à atteindre. Il y a alors une demande évaporative plus forte, comme si l’atmosphère aspirait plus d’eau du sol et des lacs, les asséchant ainsi plus rapidement, et induisant de plus longues périodes sans pluie, génératrices de sécheresses. Les précipitations plus intenses augmentent le risque d’inondations pluviales, qui ne concernent désormais plus seulement les personnes vivant à proximité des rivières, mais tout le monde. Comme nous l’ont montré les événements dramatiques de juillet 2021 en Allemagne, ces inondations sont accompagnées par une forte érosion, avec pour corollaire une perte de la zone la plus fertile des sols et des risques de pollution accrus.

L’eau potable à l’épreuve de la pollution 

La pollution est un autre péril majeur : les polluants s’accumulent dans les sols et sous-sols et se retrouvent dans l’eau, dans l’air, et vice versa. Ainsi, en 40 ans en France, 25 % des captages d’eau potable ont été fermés essentiellement pour des raisons de pollution par les nitrates et pesticides. Au fil des décennies, tous ces produits s’accumulent, aggravant le problème. Le grand nombre de molécules disséminées dans l’eau rend le contrôle de sa qualité difficile : ainsi, alors qu’on retrouve plus de 650 pesticides dans l’eau, seuls 15 sont utilisés pour caractériser la pollution par les pesticides dans la directive-cadre européenne sur l’eau. Pourtant, on sait à présent qu’ils sont une des principales causes de disparition de la biodiversité et qu’ils impactent la santé humaine (voir l’exemple emblématique du chlordécone aux Antilles).

En plus d’avoir un impact sur la qualité de l’eau, l’Homme en a un très fort sur sa quantité : il stocke l’équivalent de 20 % du volume d’eau présent naturellement dans les sols, et détourne, au moins temporairement, l’équivalent de 50 % du débit des rivières pour ses différents usages. Une partie de l’eau prélevée (environ 10 % en France, mais 50 % à l’échelle mondiale) correspond à une consommation : c’est-à-dire que l’eau ne retourne pas dans le milieu. Il s’agit là essentiellement de l’eau d’irrigation, des refroidissements d’usine par des tours aéroréfrigérantes. Mais le développement des activités humaines depuis le milieu du XXe siècle s’est fait en oubliant quelques fondamentaux… dont l’existence de variabilités multi-décennales du climat, qui impactent fortement la ressource en eau (en moyenne de +/- 20 % sur la France) ! Ainsi des aménagements réalisés en période humide, comme par exemple une partie de l’irrigation en France réalisée dans les années 1980, peuvent être moins efficaces en période sèche.

Le stockage de l’eau, un cercle vicieux

Les activités humaines s‘avèrent ainsi aujourd’hui une cause majeure des sécheresses hydrologiques. Le cas emblématique de la mer d’Aral nous démontre qu’une perturbation (ici le détournement des deux fleuves qui l’alimentaient) peut faire basculer des hydrosystèmes entiers vers l’aridité. Cependant, du fait de la complexité des interactions entre l’eau, les sols, la végétation et l’atmosphère, on ne sait pas forcément identifier à l’avance le point de bascule, et être sûr qu’on ne l’a pas dépassé. Si une perte d’eau de 15 % pour un humain conduit à la mort, quel est le seuil pour l’environnement.

En termes d’adaptation, la voie malheureusement la plus suivie pour lutter contre le manque d’eau est de chercher à stocker toujours plus d’eau, privatisant en quelque sorte ce bien commun. On se situe là dans un cercle vicieux bien connu des scientifiques : le stockage de l’eau conduit à multiplier son usage et notre dépendance à l’eau, ce qui amplifie les impacts lors des pénuries, et incite à la création de nouveaux stockages… On arrive aujourd’hui à vouloir contrôler les débits minimaux et maximaux pour maintenir les usages, traitant les rivières comme des tuyaux, branchant et débranchant des connexions et des bassines, tel un super Mario Bross, plombier de l’environnement !

Le risque de mal adaptation est de ce fait important. Si les scientifiques prônent des « mesures sans regret » (des mesures rentables et utiles en soi, ou quelle que soit l’amplitude du réchauffement) et des solutions fondées sur la nature, c’est qu’ils savent que l’on doit apprendre de la nature qui a une capacité d’adaptation, même si c’est sur des temps longs. Les efforts les plus payants à long terme sont une transformation systémique de nos activités, aboutissant ainsi à la réduction des impacts négatifs sur les milieux, en particulier la pollution et la destruction du vivant.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-nous

Article récent

La qualité de vie et des conditions de travail (QVCT)

La QVCT (qualité de vie et des conditions de travail) a pris la place de la QVT depuis l’ANI datant du 9 décembre 2020.
Un nombre croissant d’entreprises reconnaissent l’importance de garder leurs salariés. Elles ont instauré des politiques visant à améliorer le bien-être de leurs collaborateurs sur leur lieu de travail tout en se préoccupant de leurs conditions de travail.

Quelles solutions faut-il adopter contre la grande démission ?

La crise sanitaire du Covid-19 a contraint de nombreux salariés à se remettre en question et à faire l’expérience d’une véritable réflexion. Le grand sentiment d’insécurité et d’incertitude qui prévalait y est pour quelque chose. En gardant cela en tête, nous vous proposons un nombre de stratégies efficaces pour guider votre entreprise à garder vos collaborateurs indispensables afin de rester toujours compétitive face à la concurrence.
À présent, beaucoup de salariés sont en télétravail et d’autres ont été licenciés pour surmonter les difficultés de trésorerie. Pour compliquer la situation, un autre phénomène est apparu : celui de la Grande Démission !

La grande démission indique-t-elle notre besoin de trouver un sens à notre travail ?

Le phénomène de la Grande Démission est né aux États-Unis pendant la crise sanitaire du Covid-19 courant 2021 où plus de cinquante millions d’Américains ont quitté leur emploi.
Cette même tendance a été observée en France avec une augmentation des démissions dans une proportion spectaculaire de 520.000 départs volontaires rien que dans le premier trimestre de 2022.
La DARES a mené une étude sur cette situation et elle donne ses interprétations sur la Grande Démission française. Il faut savoir qu’en France, les démissions ont déjà connu des pics dans le passé : le taux actuel de 2,7 % a déjà été dépassé en 2008 où il a atteint 2,9 % pendant la crise financière.
En conséquence, ce phénomène actuel révélerait en fait une crise majeure sous-jacente. Il est évidemment lié au ralentissement économique relatif au COVID-19 et à la reprise qui s’est amorcée début 2023.
Il y a bien sûr d’autres explications plausibles : les salariés tentent de résoudre la baisse de leur pouvoir d’achat causé par l’inflation en changeant d’employeur pour un emploi mieux rémunéré, cette orientation devrait vraisemblablement se poursuivre encore plusieurs mois.
En revanche, la DARES souligne qu’un grand nombre de salariés démissionnent pour retrouver un emploi plus riche de sens pour eux.
« Il s’agit désormais de faire un excellent travail dans un environnement agréable et sain. La notion de qualité de vie au travail (QVT) est fortement intégrée dans les attentes des salariés vis-à-vis de leur employeur, elles prennent en compte le besoin de reconnaissance par l’entreprise en même temps qu’une meilleure gestion de la vie professionnelle et privée. »

La grande démission est-elle arrivée en France ?

En observant les dernières statistiques, nous constatons que le taux de démission est en hausse sans pour autant apparaitre exceptionnel. Cependant, le taux de démission observé depuis 2008 serait-il impacté si nous prenions en compte le nombre de ruptures conventionnelles ?
Le taux de départ volontaire le plus haut se situait au début du trimestre 2008 avec un total de 510.000 démissions, dont 400.000 pour des contrats à durée indéterminée.
La question d’une grande démission à la française fait débat actuellement dans l’hexagone en référence à la situation du marché du travail américain de 2021 où la première vague de la crise sanitaire a donné lieu à une avalanche de départs volontaires pour un bon nombre de salariés américains. La raison ? La recherche d’un nouvel emploi mieux rémunéré ou différent, ou encore tout simplement quitter le marché du travail pour d’autres motifs.

Evaluation de l’immunité dans un bilan santé RAICE

Si on se réfère à l’Encyclopédie Universelle, le terme « immunologie » vient d’« Immunis » qui désignait l’exemption de charges, d’impôts chez les Romains.
Les bactériologistes du XIX siècle ont ainsi caractérisé la protection (biologique) contre les infections comme réaction immunitaire.
Les progrès des pionniers français de l’immunologie à la fin du XIX siècle ont permis de mieux caractériser les phénomènes d’anaphylaxie c’est-à-dire de réaction d’un organisme à une substance étrangère.
En a découlé la notion de Soi, du Vivant, et les mécanismes de défense du Soi.

Physiologie des troubles musculo-squelettiques (TMS) – Partie 2/2

Dans notre article précédent, nous avons vu que les TMS dans le monde du travail, proviennent notamment de mauvaises postures au cours d’un effort physique important ou d’une posture prolongée, de gestes répétitifs, d’un équilibre instable.
Ces maux étant d’origines multifactorielles, un seul élément de solution ne sera donc pas suffisant, il faut multiplier les actions.

Le sommeil colonne vertébrale de votre existence

Le sommeil est une fraction temporelle importante de l’existence ,7h à 8h par jour environ qui jusqu’à récemment a été négligé par les professionnels de Santé et les dormeurs eux-mêmes. Il fait partie des fonctions vitales de l’organisme comme la respiration, la digestion ou l’immunité. Bien dormir semblait « naturel » et le désagrément lié aux insomnies était considéré comme banal. Le mauvais dormeur sollicitait son médecin pour l’obtention de la pilule magique, narcoleptique qui lui effaçait l’insomnie répétée lui empoisonnant l’existence.

Bilan Santé RAICE : Passer d’un état de patient à un état d’acteur de sa vie

Passer d’un état de patient à un état d’acteur de sa vie, c’est parfois se faire aider par un passeur. Toute personne peut bénéficier de l’entretien RAICE. Il en est ainsi des personnes souffrantes, leur permettant d’exprimer leur plainte, ou un problème à résoudre. C’est un moment privilégié, un moment pour eux ! et que pour eux !

Il peut s’agir d’un patient en voie de convalescence qui a besoin d’un RELAI, après avoir été soigné, par de multiples intervenants soignants, d’une maladie toujours invalidante à quelque degré que ce soit. Cette maladie qui se chronicisant à un impact sur son corps, son esprit, ses équilibres, ses relations à l’autre et des conséquences sociales individuelles et collectives : Directement envers sa famille, et ses proches, dans son milieu de travail où absentéisme et démotivation le relégueront encore plus hors du monde.