Éliminer le gluten pour un intestin zen, vraiment ?

par | 6 Avr 2022 | VEILLE QVCT | 0 commentaires

« Les analyses et propos présentés dans cet articles n’engagent que son auteur. »

VEILLE : SANTÉ 

DOMAINE : HUMAIN 

MOTS CLÉS : GLUTEN

DATE : 16 février 2022

AUTEUR(S) : INSERM

LIEN : INSERM

RÉSUMÉ OU EXTRAIT DE L’ARTICLE :

Depuis plusieurs années, les rayonnages regorgent de produits estampillés « sans gluten », offrant aux consommateurs la promesse d’une digestion facile et d’un regain d’énergie. Mais qu’en est-il réellement ? Qui a réellement besoin de l’exclure entièrement de son alimentation ? Et fait-on face à une épidémie d’intolérance au gluten ?

L’industrie alimentaire rajoute massivement du gluten dans ses préparations pour améliorer la texture, donner du volume ou du moelleux à ses produits.

Depuis plusieurs années, les rayonnages regorgent de produits estampillés « sans gluten », offrant aux consommateurs la promesse d’une digestion facile et d’un regain d’énergie. Ce marché connaîtrait une croissance constante de l’ordre de 20 % depuis cinq ans et toucherait près de 12 millions de consommateurs réguliers en France, alors que de plus en plus de personnes disent éprouver des difficultés digestives associées à la consommation de gluten.

Mais qu’en est-il réellement ? Le gluten est-il vraiment si difficile à digérer ? De quoi parle-t-on quand on parle d’intolérance ? Qui a réellement besoin de l’exclure entièrement de son alimentation ? Et fait-on face à une épidémie d’intolérance au gluten ?

« Première chose à savoir : le gluten n’est pas directement présent dans les céréales mais apparaît au moment de la fabrication de la pâte à pain. Certaines céréales (blé, orge, seigle et hybrides de ces variétés) contiennent en effet des protéines qui vont se lier entre elles en présence d’eau pour former le gluten. C’est ainsi lorsque l’on ajoute de l’eau à la farine que le gluten apparaît. »

Cette association de protéines forme alors un réseau qui donne sa texture élastique à la pâte à pain et rentre dans la composition d’environ 70 % des produits alimentaires « classiques » (pains, gâteaux, plats préparés, etc.). Une fois ingéré, le gluten est dégradé par des enzymes puis digéré chez la grande majorité des gens.

Intolérants, allergiques, hypersensibles…

Il arrive toutefois que ces enzymes fassent défaut et ne permettent donc pas de dégrader correctement le gluten lors de la digestion. C’est ce qui se passe chez les personnes atteintes de la maladie de cœliaque et qui sont totalement intolérantes au gluten. Les éléments issus de la mauvaise dégradation du gluten vont alors déclencher la production d’anticorps qui vont s’attaquer à la paroi de l’intestin et perturber l’absorption des nutriments. Cette maladie auto-immune, qui touche entre 0,7 et 2 % de la population, provoque une inflammation de l’intestin, des douleurs abdominales, des diarrhées, peut conduire à un amaigrissement et prédispose à certains cancers. Le seul traitement possible à l’heure actuelle consiste à suivre à vie un régime strict sans gluten.

A ne pas confondre avec ces intolérants au gluten, il existe des allergiques au blé, plus rares (entre 0,1 et 0,5 % de la population). Chez eux, le système immunitaire réagit de manière excessive aux protéines de blé, comme c’est le cas chez les personnes qui souffrent d’allergies saisonnières ou autres. Dans le cas présent c’est le blé, et par extension le gluten, qui est à exclure de l’alimentation au risque de déclencher une réaction allergique immédiate (éruption cutanée, œdème de Quincke, etc.). Si l’on additionne donc ces populations intolérantes et allergiques, qui peuvent être diagnostiquées, cela ne représente tout au plus que 2,5 % de la population qui doit éliminer totalement le gluten de son alimentation.

Nous arrivons à la troisième catégorie, les « hypersensibles » qui présentent des troubles digestifs lors de la consommation de gluten mais qui ne sont pas 100 % intolérants au gluten comme les personnes atteintes de la maladie de cœliaque. Si le nombre de personnes se déclarant hypersensibles semble en augmentation – il concernerait entre 0,5 et 15 % de la population –, il est impossible d’en évaluer la prévalence exacte. Et pour cause, à l’heure actuelle, il n’existe aucun outil pour diagnostiquer précisément ce trouble. Plusieurs études tentent aujourd’hui de comprendre les causes de cette hypersensibilité, en identifiant par exemple les variétés de blés donnant des produits plus ou moins riches en « gluten » ou les types de pain les mieux digérés par les personnes sensibles.

En attendant leurs conclusions, il faut noter que l’industrie alimentaire rajoute massivement du gluten dans ses préparations pour améliorer la texture, donner du volume ou du moelleux à ses produits. Il s’agit aujourd’hui d’étudier de plus près ce phénomène, mais il n’est pas à exclure que ces pratiques aient un lien avec l’augmentation des problèmes intestinaux de la population générale. Les mécanismes sous-jacents sont également à l’étude, notamment ceux impliquant notre microbiote intestinal.

Avant de s’astreindre à un régime sans gluten draconien, qui finalement n’est adapté que pour une partie très restreinte de la population, mieux vaut se tourner vers un médecin, diététicien.ne, ou autre professionnel de santé qualifié. En effet, on risquerait de se priver de sources intéressantes de glucides complexes et notamment de fibres, qui elles, sont importantes pour l’équilibre alimentaire, le transit, et la prévention des maladies chroniques comme le cancer colorectal ou les maladies cardiovasculaires.

COMPLÉMENT D’INFORMATION :

Lien : https://presse.inserm.fr/le-microbiote-cerveau-vraiment/42415/

Hier, la « flore intestinale » s’occupait de notre digestion, en toute discrétion. Aujourd’hui, on lui a donné un autre nom, le « microbiote intestinal », et on lui prête un rôle déterminant dans notre santé physique et mentale. Le microbiote et ses milliards de microorganismes entretiendrait même avec notre cerveau des conversations de la plus haute importance.

Mais qu’en est-il réellement ? Le microbiote fait-il la pluie et le beau temps sur notre poids et notre humeur ? Est-il responsable de toutes nos maladies ? Et peut-on vraiment le considérer comme notre deuxième cerveau ?

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivez-nous

Article récent

Formation TMS

Cette partie spécifique de la formation est celle qui permet une prise en compte beaucoup plus large des origines des Troubles Musculo-Squeletiques.
Cette formation TMS élaborée par Nacéol s’appuie sur les résultats du protocole RAICE construit sur plus de 10 ans d’études et d’analyses des données régulièrement collectées en entreprise.
Les résultats ont mis en évidence l’ensemble des facteurs qui concourent aux désordres musculosquelettiques ainsi que le poids de leur contribution.
La proposition dans cette formation est de travailler sur l’ensemble de ces facteurs ce qui va rapidement améliorer à la fois les dysfonctionnements liés aux TMS mais aussi la santé individuelle.

Schéma corporel et proprioception

Depuis toujours, l’Homme n’a sans cesse évolué en fonction de son interaction avec son environnement, dépourvu de crocs, de griffes, d’ailes ou de fourrure, il n’a pu compter que sur son cerveau et de sa plasticité afin d’optimiser chacune de ses décisions et de ses actions.
Sa survie en temps qu’espèce ne dépend que de sa capacité d’adaptation face au monde extérieur, et sa connaissance de soi-même et de ses propres capacités corporelles, physiques et mentales.
Comprendre comment intervient la proprioception dans l’élaboration du schéma corporel permet de comprendre l’importance de son rôle dans le contrôle et la coordination de nos mouvements.

Entreprise et prévention santé

L’employeur est face à un nouveau défi réglementaire. Depuis peu le code du travail incombe à l’employeur de s’assurer de la santé globale physique et mentale de ses salariés. Autrement dit, le chef d’établissement a, à sa charge, cette responsabilité de conjuguer, d’articuler santé et santé au travail.

Ce qui sous-tend 2 axes de prévention :
Prendre le salarié en tant qu’individu : c’est prendre en compte le cadre professionnel et sphère privée du salarié
Faire de ses espaces de travail un lieu commun d’éducation et de formation à la santé.

Posture et mobilier ergonomique au poste de travail : Les contraintes biomécaniques

Aujourd’hui nos modes de vies et de transports de plus en plus sédentaires associés au manque d’activité physique et sportive en dehors mais aussi au sein du lieu de travail, tendent à favoriser les contraintes biomécaniques sur le corps. Cela a pour conséquence l’apparition de troubles musculosquelettiques par manque de mobilité, renforcement musculaire et de capacité d’adaptation physiologique.
Le manque de dynamisme corporel associé à une mauvaise posture prolongée due à un aménagement du poste de travail peu ergonomique se généralise, notamment avec la démocratisation du télétravail.
Debout comme assis, le corps humain subit l’action de la gravité. Cette force génère des contraintes biomécaniques ostéoarticulaires et musculaires. Comme ces contraintes varient en fonction de la posture adoptée, de sa prise de conscience (ancrage psychocorporel et psychomoteur) et de sa durée par l’individu, le poste de travail joue un rôle dans le maintien de ces troubles.

RAICE le diagnostic QVCT et les déterminants de la santé

RAICE Le Diagnostic QVCT répertorie 8 déterminants clés de la santé qui influent de la Qualité de Vie et des Conditions de Travail.

Les compétences psychosociales : life skills et soft skills

Les entreprises, les managers cherchent de nouvelles pistes. Certaines compétences humaines ou savoir être semblent a priori une réponse productrice de solutions. Ces compétences sont appelées les Compétences Psycho Sociales : Des compétences de vie « life skills » et des compétences comportementales « soft skills ».

Activité physique : Prévention et traitement des maladies chroniques

La prévention des maladies chroniques passe par une prise en charge globale incluant l’activité physique comme élément essentiel.

LE DIAGNOSTIC SANTÉ RAICE : Notions pluridisciplinaire interdisciplinaire transdisciplinaire

Il est un atelier expérientiel construit sur une approche positive et intégrative. il offre la possibilité de mieux appréhender les interconnexions entre les 8 déterminants de la QVCT et de mieux comprendre les corrélations entre : le rapport à soi, le rapport aux autres, le rapport au monde. La finalité étant de préserver le maintien des équilibres par l’Intelligence Adaptative.

Questionner l’application universelle des tests neurocognitifs

Il est question dans cet article de quantifier l’influence de la nationalité des participants sur l’évaluation de la cognition sociale.

Le résultat de cette étude démontre qu’il existe, pour un même test cognitif, une représentation mentale différente des questions qui entrainent une forte variation des réponses (20%) selon la nationalité, la culture, la langue et les normes sociales des sujets interrogés.

Ce pourquoi, chez Naceol, le diagnostic RAICE fait l’objet d’une démarche d’amélioration continue grâce à des validations externes et itératives par des spécialistes de la métrologie. Il est étudié sur les populations renseignées, à partir des bases de données collectives par des méthodes exploratoires multidimensionnelles de type analyses factorielles. Les analyses factorielles et les analyses par composantes principales ainsi que d’autres méthodes exploratoires multidimensionnelles permettent de faire la synthèse de l’information contenues. Elles recherchent les corrélations entre les items des réponses au questionnaire en faisant ressortir les axes principaux des piliers de Santé et de Bien-être d’une population particulière.

RAICE : Qualité de vie et conditions de travail 

L’Organisation Mondiale de la Santé définit la qualité de vie comme la « perception qu’a un individu de sa place dans l’existence, dans le contexte de la culture et du système de valeurs dans lesquelles il vit, en relation avec ses objectifs, ses attentes, ses normes et ses inquiétudes ». Cette définition englobe à la fois : l’état somatique, l’autonomie physique, l’état psychologique, le fonctionnement psychologique, le bien-être, les interactions sociales, les activités professionnelles et les ressources économiques.

De plus, l’Accord National Interprofessionnel (ANI) de 2013, définit la QVCT comme outil qui concilie amélioration des conditions de travail et performances de l’entreprise.