Covid long : Des symptômes persistants des mois après la première vague

par | 21 Avr 2022 | VEILLE QVCT | 0 commentaires

« Les analyses et propos présentés dans cet articles n’engagent que son auteur. »

VEILLE : QVCT – SANTÉ – BIEN-ÊTRE – QUALITÉ DE VIE – ENVIRONNEMENT

DOMAINE : HUMAIN – MANAGEMENT – ORGANISATION – SOCIÉTÉ

MOTS CLÉS : COVID – SYMPTÔME

DATE : 13 avril 2022

AUTEUR(S) : INSERM

LIEN : INSERM

RÉSUMÉ OU EXTRAIT DE L’ARTICLE :

Plusieurs mois après avoir été infectés par le SARS-CoV-2, des symptômes persistent chez une partie des patients. On parle de Covid long ou d’état « post-Covid ». Encore mal compris, ce phénomène est désormais étudié avec attention par les scientifiques afin d’enrichir les connaissances sur le sujet et de proposer la meilleure prise en charge possible.

De nombreuses personnes rapportent des symptômes persistants plusieurs mois après avoir été infectées par le SARS-CoV-2. Cet état « post-Covid » est encore mal compris mais fait actuellement l’objet de travaux de recherche rigoureux afin de mieux définir sa prévalence dans la population générale et de décrypter les mécanismes physiopathologiques sous-jacents.

Parmi les symptômes persistants qui ont été le plus souvent décrits dans la littérature scientifique figurent la dyspnée (gêne respiratoire), l’asthénie (fatigue), des douleurs articulaires et musculaires, des problèmes cognitifs, des troubles digestifs, ou encore l’anosmie/dysgueusie (perte d’odorat et de goût).

Afin de mieux comprendre et mieux prendre en charge l’état « post-Covid », il est donc essentiel pour les scientifiques de déterminer quels symptômes persistants sont plus étroitement associés à une infection par le SARS-CoV-2.

Une étude en population générale

La nouvelle étude publiée dans The Lancet Regional Healt se penche sur cette question. Cette étude puise d’abord son originalité dans le fait qu’elle a été réalisée dans une cohorte en population générale.

Les cohortes en population générale se distinguent des cohortes construites à partir d’échantillons de malades Covid (par définition tous « symptomatiques » et souvent avec des formes cliniques sévères ou hospitalisés), qui ne sont pas représentatives de l’ensemble des personnes infectées.

Ce type de cohorte permet donc d’appréhender des problématiques de santé publique en élaborant des groupes comparatifs, par exemple selon la sévérité des symptômes présentés au moment de l’infection.

L’autre originalité du travail est que l’ensemble des participants a bénéficié d’un test sérologique a posteriori pour rechercher un historique d’infection par le SARS-CoV-2. Cela différencie ce travail de la plupart des travaux qui ont été réalisés sur le sujet, qui s’intéressent aux personnes ayant réalisé un test PCR et qui ont présenté des symptômes.

Ainsi, ce travail permet de comparer la persistance de symptômes sept à huit mois après la première vague de la pandémie dans quatre groupes de participants (1) répartis en fonction des symptômes qu’ils avaient eus pendant cette première vague et de leur statut sérologique (témoignant ou non d’une infection par le SARS-CoV-2).

Des symptômes présents à long terme selon le statut sérologique

25 910 participants issus de la cohorte Constances (voir encadré) ont répondu à deux questionnaires lors de la première vague de la pandémie de Covid-19, afin de déterminer la présence de symptômes dans les quinze jours qui précédaient. Un test sérologique a ensuite été effectué pour chacun d’entre eux, entre mai et novembre 2020, afin d’identifier les personnes ayant été exposées au virus.

Enfin, entre décembre 2020 et février 2021, un troisième questionnaire portant sur les symptômes ayant persisté ou persistant depuis au moins deux mois a été proposé aux participants. Ce questionnaire comportait la liste de symptômes recherchés pendant les premières vagues de questionnaires, mais également de nouveaux symptômes dont se plaignent les personnes atteintes de « Covid long » (trouble de la concentration et de l’attention, douleurs thoraciques…).

Les chercheuses et les chercheurs ont comparé les individus ayant présenté des symptômes évoquant une infection respiratoire aiguë en fonction de leurs résultats sérologiques. Ils ont observé que les personnes symptomatiques et présentant une sérologie positive présentaient plus d’anosmie/dysgueusie, de dyspnée et de fatigue persistantes que les individus séronégatifs pour le SARS-CoV-2. Les autres symptômes avaient une fréquence équivalente.

Liens entre les symptômes présentés au moment de l’infection et les symptômes persistants

Les auteurs ont ensuite exploré le lien entre infection, symptômes aigus et symptômes persistants. Les résultats de leurs analyses statistiques montrent que l’infection par le SARS-CoV-2 a essentiellement un effet sur la persistance des symptômes si elle induit certains symptômes au moment de l’épisode aigu de l’infection.

« Nos résultats confirment l’importance de l’expression clinique de l’épisode infectieux initial dans le risque de développer des symptômes persistants. Ils peuvent aider à guider les politiques publiques en apportant des données plus précises sur le type de symptômes persistants de la Covid-19 et en incitant à développer des stratégies de prise en charge plus efficaces. Promouvoir des thérapies et des approches préventives, comme la vaccination, qui réduisent les symptômes lors la phase aiguë de la maladie pourrait aussi avoir un effet bénéfique sur les états post-Covid », soulignent les auteurs de l’étude.

Ces résultats témoignent de la complexité des mécanismes pouvant expliquer les symptômes persistants, en soulignant que ces symptômes peuvent être liés au virus, à la présentation clinique initiale de l’infection et à d’autres causes non spécifiques.

D’autres travaux sont en cours pour comprendre les mécanismes à l’origine de ces états « post-Covid » et pour quantifier la part de ces symptômes persistants attribuable à l’infection par le SARS-CoV-2.

(1) Le premier groupe de participants comprenait toutes les personnes ayant un test sérologique positif à la covid 19 et ayant rapporté des symptômes pendant la première vague. Dans le deuxième groupe, les individus avaient un test positif mais pas de symptômes. Le troisième groupe était celui des personnes ayant un test sérologique négatif et des symptômes tandis que le quatrième groupe était asymptomatique pendant la première vague, avec un test sérologique négatif.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-nous

Article récent

Un diagnostic santé pour mieux (re)penser nos espaces de travail – Réseau ALLIANCES x Naceol x L’Atelier de Prométhée 

Et si la santé des collaborateurs était mieux prise en compte dans la conception même de nos bâtiments ? Depuis plusieurs années, Stéphane Damas, ingénieur ergonome, aménage des espaces de travail inspirants. Récemment, il a souhaité étoffer son offre en proposant un diagnostic santé aux collaborateurs de ses clients. Une manière de disposer d’indicateurs précis pour être toujours plus fin dans ses aménagements. Rencontre

APPEL A PROJET POLYPUS x FIRALP : NACEOL retenue 🚀💥 !

Au total, sur 56 dossiers déposés, 16 startups ont été sélectionnées pour venir nous pitcher leur projet dans les locaux de LA FABRIK le 25 mars, devant un Jury composé de managers FIRALP et des responsables de Polypus !

Quelles relations entre stress et intelligence émotionnelle ?

Le stress est une composante inévitable de la vie quotidienne, mais sa gestion efficace peut être déterminée en grande partie par notre intelligence émotionnelle. Comprendre le lien entre le stress et l’intelligence émotionnelle peut nous aider à mieux naviguer dans les moments difficiles de notre vie professionnelle et personnelle. Dans cet article, nous explorerons les relations entre le stress et l’intelligence émotionnelle et comment développer cette dernière peut améliorer notre capacité à faire face aux défis de la vie.

La santé pour une démarche RSE et QVT

La santé des employés est devenue une priorité incontournable pour les entreprises engagées dans une démarche de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) et de promotion de la Qualité de Vie au Travail (QVT). En effet, des employés en bonne santé sont non seulement plus productifs, mais également plus engagés et fidèles à leur entreprise. Dans cet article, nous explorerons l’importance de la santé dans le cadre de la RSE et de la QVT, ainsi que les stratégies que les entreprises peuvent adopter pour promouvoir le bien-être de leurs collaborateurs.

La mission de naceol

Le bilan bien-être et performance de l’entreprise.
Une démarche coopérative pour créer une culture d’entreprise saine,
cohérente, authentique et attractive.

Explorer le sens de se sentir utile dans sa vie personnelle

Se sentir utile dans sa vie personnelle est un élément fondamental du bien-être et de l’épanouissement personnel. Mais que signifie réellement cette notion ? Dans cet article, nous plongeons dans l’essence de ce sentiment, explorant ses composantes et ses implications pour une vie équilibrée et satisfaisante.

Les liens entre le sommeil et les neurotransmetteurs : Comprendre l’impact chimique sur notre repos

Le sommeil est un aspect fondamental de notre santé et de notre bien-être général, mais saviez-vous que les neurotransmetteurs jouent un rôle crucial dans la régulation de nos cycles de sommeil et de veille ? Dans cet article, plongeons dans le monde complexe des neurotransmetteurs pour comprendre comment ces substances chimiques influent sur la qualité et la quantité de notre repos nocturne.

Qu’est-ce qu’un neurotransmetteur et son rôle crucial dans le cerveau ?

Dans le domaine fascinant de la neurobiologie, les neurotransmetteurs jouent un rôle essentiel dans la transmission des signaux nerveux à travers le cerveau et le système nerveux. Comprendre leur fonctionnement est crucial pour saisir le fonctionnement complexe de notre cerveau et ses nombreuses facettes. Dans cet article, plongeons-nous dans le monde des neurotransmetteurs pour découvrir leur définition, leur rôle et leur impact sur notre quotidien.

Quelles sont les raisons pour qu’un salarié puisse avoir une bonne image de son entreprise et qu’il s’identifie à elle ?

Dans le monde professionnel d’aujourd’hui, la relation entre les employés et leur entreprise va bien au-delà du simple contrat de travail. Les employés recherchent une connexion plus profonde avec leur employeur, cherchant non seulement un emploi, mais aussi une véritable identité professionnelle. Dans cet article, nous explorerons les principales raisons pour lesquelles un salarié peut développer une bonne image de son entreprise et s’identifier à elle.